L'écriture n'a de noblesse que si elle est au service d'un engagement éthique permanent. <------> Tout savoir sur la promotion de l'ouvrage "Initiative pour un manifeste éthique" <------> Retrouver le fil des nouveaux billets sur notre blogue: <------> Rendons au peuple haïtien sa dignité ! <-------> Lettre ouverte d'un citoyen indigné aux PetroChallengers <------> Notre cri éditorial : Urgence éthique pour sortir du cycle merdique <-----> Résurgence citoyenne : S'engager éthiquement au-delà des impostures ! <-----> Les enjeux organisationnels: Déficit informationnel, défaillance de la gouvernance. <-----> Naviguer vers des liens structurants <-----> Vous avez besoin d'une aide pour la rédaction des documents techniques de vos projets, vous voulez structurer le système d'information de votre organisation ou de votre entrreprise, n'hésitez plus : visitez le site web de Integrale Data And Stats pour voir en quoi notre expertise peut vous être utile.

D'Éloquence et de Lumière

A l'exception des liens qui renvoient vers d'autres sites et des textes éventuels dont les auteurs sont cités, l'intégralité du contenu, (images et textes) de ce blogue est la propriété de Integrale Data And Stats. Comme toute oeuvre intellectuelle, le contenu de ce blogue est soumis aux droits de la propriété intellectuelle. Toute reproduction des articles et des images de ce blogue doit se faire avec l'autorisation formelle de l'auteur. Pour ce qui concerne l'exploitation des liens et des articles renvoyant vers d'autres sites, prière de se référer aux sites en question.

Chercher la reliance pour faire émerger l’intelligence

EloquenceLumiere

En surfant sur le net et en relisant mon article sur le MOI du repère indigent afin de déceler quelques incohérences à rectifier, je suis tombé sur cette phrase d’Albert Einstein. « Je détermine l'authentique valeur d'un homme d'après une seule règle : à quel degré et dans quel but il s'est libéré de son Moi ? ». Revisiter cette citation m’a montré la pertinence de ma réflexion orientée sur le MOI indigent. Et, intrigué, emballé, j’ai voulu creuser plus loin pour trouver le lien entre ce moi porteur d’égo démesuré évoqué par Einstein et la structure du MOI toxique que j’ai évoquée pour situer l’échec haïtien.

Dans la construction de cette reliance pour trouver des solutions contre l’impuissance collective dans laquelle je suis plongé, j’ai trouvé deux autres citations qui corroborent ma réflexion. La première est d’Antoine Saint Exupéry qui postule : « Dans la vie il n'y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent ». Évidemment pour créer les solutions, il faut une force motrice pour drainer l’énergie collective, mobiliser les foules et éveiller les consciences. Cette force n’a pas d’autre nom, elle s’appelle l’intelligence. Et c’est ce dont parle justement la seconde citation qui est de Pierre Theillard de Chardin : « Rien dans l'univers ne saurait résister à l'ardeur convergente d'un nombre suffisamment grand d'intelligences groupées et organisées ».

Ainsi, il m’est venu la certitude que l’échec haïtien est bien dû à une totale absence d’intelligence collective. Pourtant, force est de reconnaitre qu’il y a une énorme dispersion de talents individuels dans le pays et dans la diaspora. Ce qui me ramène à mon postulat du MOI indigent facilitant le succès individuel au détriment du collectif.

Mais quelle peut bien être cette pesanteur individuelle qui plombe le talent et invalide le savoir ? C’est là, au gré de mes élucubrations intellectualistes, pour reprendre la critique virulente que m’a adressée récemment sur Twitter quelqu’un qui ne digère visiblement pas mes textes, que j’ai découvert à nouveau l’équation d’Albert Einstein. Non pas celle de la relativité restreinte, mais celle reliant l’ego et la connaissance dans une dynamique inversée. Pour Einstein, « Plus il y a d’égo dans un collectif, moins il y a de connaissance ; et inversement, plus il y a de connaissance, moins il y a d’égo ». L’égo est donc le plus grand destructeur de reliance et d’intelligence collective. Et objectivement, c’est en partie ce qui plombe et freine la dynamique du progrès en Haïti.

Ainsi, il y a bien un lien entre le moi de l’égo d’Einstein et le MOI toxique qui structure dans ma réflexion l'échec du collectif haïtien. Objectivement, les deux renvoient à une forme d’individualisme où l’intérêt personnel prend le dessus sur tout et prive le collectif de ses forces structurantes, de ses reliances intelligentes.

C’est bien l’absence d’intelligence qui empêche aux talents dispersés en Haiti de se regrouper et de se donner un leadership éthique pour l’action intelligente. Il y a une forme de malice en Haïti qui pousse les gens à se débrouiller pour survivre soit dans la plus grande indigence, soit dans une totale indignité, soit dans une déshumanisante désespérance.

Vibrer d'éloquence et résonner d’insolence pour nouer les alliances fortes
Une certaine métaphore laisse croire que le feu ardent, qui éclaire et fait reculer l’obscurité, n’est qu’une structure intelligente créée par des étincelles qui se recherchent et se regroupent pour ne pas rester isolées et se perdre dans la nuit. En Haiti, beaucoup de ceux et celles qui ont les diplômes et les titres, agissant au nom d’un prétendu savoir, manquent d’intelligence pour taire leur égo et chercher les divergences aptes à construire les alliances structurantes pour vaincre la sainte indigence.

Il va de soi qu’une telle attitude demande beaucoup d’abnégation, de renoncement et de valeurs. En effet, il faut avoir de la valeur pour savoir taire son égo et accorder publiquement de la valeur au travail d'autrui. Aujourd'hui si la bêtise triomphe en Haïti, c'est parce que beaucoup d’Haïtiens préfèrent relayer la bêtise qui conforte leurs certitudes indigentes plutôt que de supporter la pensée critique qui les déstabilise pour mieux les structurer. Aux divergences structurantes, presque tous préfèrent les alliances malsaines convergentes.

C'est justement l'alliance forte entre l'ego et la médiocrité qui structure l'échec haïtien. Quand l'égo de ceux qui ont les diplômes et les titres rencontre l'arrogance des médiocres et que les deux se joignent à l’irresponsabilité des puissants, ça vous donne une indigence déshumanisante. C'est une règle algébrique bien connue : deux négations, qui se renforcent l'une l'autre, engendrent une force résiliente. C'est cette résilience des forces occultes qui consacre la déroute de l'intelligence, comme le reconnaissait déjà Roger Gaillard.

À l'évidence, partout où l'intelligence règne, les gens de savoir brillent de leurs étincelles et font émerger la lumière pour éclairer, sur les chemins rocailleux et tortueux, les détours ombrageux afin d’humaniser la vie. Mais quand ceux qui tiennent les projecteurs les orientent sur eux, ils ne peuvent plus éclairer la route pour les autres. Et tout devient chaotique et obscur. De fait, la lumière qui brille pour soi n'est qu'enfumage.

Dans sa sagesse, Confucius a dit « Si vous rencontrez un individu de valeur, cherchez à lui ressembler. Si vous rencontrez un médiocre, cherchez ses défauts en vous". Mais quand tout autour de soi est enfumage, trouver les hommes pour expérimenter leur valeur peut être difficile. Alors. Il faut d’autres repères. Et c’est encore le sage qui nous oriente, puisqu’il a aussi dit « Qui ne connait pas la valeur des mots ne peut connaitre la valeur des hommes". Alors, il faut apprendre à nous fier à l'éloquence éthique qui est l'intelligence de l'âme.

Entre Reliance et Intelligence, entre Résonnance et Insolence (RIRE), tout vibre d’éloquence et tout rayonne de lumière. Comme autant d'échos de RIREs étincelants venant rappeler que certaines éloquences laissent rythmer dans l'espace des vibrations d'insolence qui aident à se retrouver pour se regrouper par-delà l'obscurité. Alors, ivres d'intelligente colère, les mots deviennent des marqueurs d'humanité qui révèlent la lumière des âmes. Mais, nul ne peut briller pour autrui, s'il n'est pas lui-même illuminé de l'intérieur. Cette nouvelle résonnance dissidente est une invitation à se laisser enflammer par l’engagement de quelques mots qui disent, avec humilité, la valeur des hommes voulant se regrouper pour chasser les maux d'une déshumanisante indigence. 

Toute l’intelligence est de savoir bouger dans l'obscurité en suivant les échos des mots dont l'éloquence laisse retentir les vibrations d'une humanité qui se cherche et qui espère. Tout est dans la dextérité des mouvements qui doivent remuer le moins d'air possible pour que toutes les étincelles disponibles s'enflamment et se regroupent pour porter la lueur, ardente et irradiante, de l’intelligence plus loin dans l’obscurité. Là où résonnent, dans une angoisse infinie, les appels de lancinante détresse : SOS, collectif mutilé, population déshumanisée par des intérêts privés et étrangers ! Là où trépassent, dans la nuit obscure et froide, les rêves d’un repas digne partagé, à la hâte, dans la peur de l’aube qui viendra brûler la peau de douleur, de famine et de soif. Alors dans le silence angoissant des peurs et des douleurs, combien palpables, laissons éclater nos RIRES comme des échos d'insolence et des reflets de lumière pour répondre par une solidarité inébranlable à l'appel de cette humanité morcelée. 

Qui, dans un geste profondément éthique, viendra prêter sa voix pour densifier cette éloquente solidarité ? Qui, dans un dépassement de soi, joindra sa petite étincelle pour se consumer dans la braise et laisser le feu s'intensifier et s'embraser ? C'est là où se joue le destin du collectif que le savoir doit agir pour briser la structure obscure et immonde. C'est là où l'enfumage asphyxie qu’il faut irradier de lumière et d'air pur pour sortir du cycle de l'instabilité et de l’indigence. C'est de ce MOI indigent qu'il faut se libérer pour que la connaissance nous imprègne et nous oriente vers les alliances structurantes et les synergies intelligentes. 

Gardons-nous cependant de toute impatience qui nous pousserait vers des actions brusques et précipitées dans l’obscurité. Les vents contraires de nos mouvements inversés peuvent contribuer à éteindre les étincelles isolées. C'est d'ailleurs ce que l’équation du flux de la connaissance postule en certifiant que les actions faites précipitamment mènent toujours à des impasses et à des récurrences aliénantes. Il n’y a pas de solutions à trouver dans l’obscurité, pas plus qu'il n'y a de réussite à protéger quand tout autour de soi est indigent.  Il n’y a que des forces à mettre en œuvre et des énergies à drainer pour bousculer l'inertie et transformer l'impuissance. Une fois que l'intelligence se mettra en marche, malgré la nuit, malgré les peurs, malgré les douleurs, la foule, noire, dense et immense, se réveillera et se laissera vibrer au rythme de l'éloquence des chants dissidents, dans la lueur étincelante de l'aube d'une utopie naissante. De même que les plus beaux chants resteront, de toute poésie et de toute beauté, ceux qui magnifient la dignité humaine, l'intelligence résonnera toujours par vibrations d'éloquence et de lumière.


Erno Renoncourt
09/02/2019

                Menu du blogue                                                                                        Article Précédent