Le défi structurel haïtien

Face à l’urgence de la conjoncture : Osons le pari de la stabilité !

AxesStabilite

Quand la gouvernance d'entreprise corrompt la gouvernance publique !

Dans le contexte de déshumanisation que vit Haïti, l’urgence de la conjoncture nous force à oser le pari de la stabilité. Et pour ce faire les élites sociales, politiques et économiques haïtiennes, ainsi que l’expertise internationale et nationale qui leur vient en support, doivent s’atteler à relever deux grands défis.
1.   D’une part, elles doivent apprendre à travailler, non plus avec les réseaux d’accointances qui confortent leur posture et leur vue, mais de préférence avec les réseaux d’intelligence qui apportent de la valeur ajoutée par l’émergence et la tolérance des divergences structurantes.
2.   D’autre part, elles doivent renoncer à l’impensé stratégique organisationnel qui conforte les diagnostics biaisés au profit d’intérêts individuels se nourrissant d’alliances conjoncturelles le plus souvent malsaines.

Ceci étant dit, le postulat de notre analyse de la conjoncture est le suivant : ce n'est pas la gouvernance publique qui a échoué en Haïti ; c'est la gouvernance d'entreprise qui a corrompu et perverti la gouvernance publique. 

L’argumentaire qui vient en soutien à notre postulat est le suivant :  dans un environnement d'affaires éthique, les hommes d’affaires ne se seraient pas massivement reconnus et voire confondus avec un pouvoir qui revendique ouvertement la délinquance. S’il est vrai que c’est le secteur des affaires qui dynamise la vie économique de la structure sociale par la création d’emplois, c’est lui qui devrait veiller à construire la stabilité par ses choix, par ses décisions et par ses engagements. De sorte que, si la gouvernance d’entreprise haïtienne n’était pas en soi délinquante et mafieuse, elle ne se serait pas acoquinée, toute éthique cessante, avec la délinquance politique. Et tant bien même que cette délinquance lui serait imposée, elle devrait, au-delà des risques, lui opposer la plus forte résistance. Et c’est d’ailleurs bien ce qu’elle revendique avoir fait, à deux reprises, avec le pouvoir Lavalas qu’elle a assimilé, à tort ou à raison, avec une forme de délinquance. Il semblerait alors que la gouvernance d’entreprise haïtienne ne s’oppose qu’à la délinquance populaire qui lui semble trop menaçante, mais qu’elle s’accommode et supporte ouvertement la délinquance qui est au service de ses intérêts. Pourtant, la gouvernance d’entreprise devrait toujours, pour des raisons évidentes de stabilité, opposer le meilleur au pire, proposer l’intelligence contre la délinquance, pour faire émerger une écologie de valeurs aptes à structurer et à humaniser l’écosystème organisationnel.

Nombreux sont ceux qui restent convaincus que l'environnement organisationnel, la culture des affaires, les processus décisionnels sont des éléments fondamentaux de l’équilibre indispensable à l’effectivité d’une gouvernance intelligente, laquelle est un axe déterminant dans la construction de la stabilité institutionnelle. C'est la vision du management économique qui influe sur les choix politiques. Ce sont les actes et les prises de décision des élites économiques qui orientent le destin d'un pays. Pour construire la stabilité, il faut dimensionner intelligemment les processus décisionnels de la gouvernance politique.

Le défi de l'intelligence éthique pour construire la stabilité

La stabilité politique est un équilibre qui se construit par :

  • L’engagement des acteurs et des parties prenantes pour des finalités plaçant la collectivité au centre des intérêts,
  • L’intelligence méthodologique et technologique des processus organisationnels ;
  • La culture éthique du climat des affaires. 

C’est le secteur économique qui, théoriquement, ayant plus à perdre dans un chaos social, doit diffuser des valeurs fortes dans l’environnement des affaires pour stabiliser les institutions publiques par des pratiques éthiques et par une culture d’affaires supportant la saine concurrence.

La performance du processus décisionnel politique d’un pays ne repose que sur les liaisons harmonieuses entre la culture d’affaires, les processus organisationnels, le contexte social et humain, les méthodes et les règles de gestion, le fonctionnement équitable de la justice. C’est cet ensemble hétérogène qui constitue l’écosystème, lequel est créateur de valeur et générateur de connaissance pour l’action intelligente. 

La performance politique est une affaire de contexte, de culture d’affaires, d’engagement et d’intelligence. Voici une illustration d’une vision durable de la stabilité qui résulte d’un équilibre entre des axes de finalités pour répondre aux besoins de la collectivité, de performance institutionnelle et de gouvernance intelligente.
 
Que l’engagement citoyen de chacun l’oriente, selon ses préoccupations professionnelles, vers le support de cet équilibre qui nous manque tant.

Erno Renoncourt

05/02/2019

Menu

A l'exception des liens qui renvoient vers d'autres sites et des textes éventuels dont les auteurs sont cités, l'intégralité du contenu, (images et textes) de ce blogue est la propriété de Integrale Data And Stats. Comme toute oeuvre intellectuelle, le contenu de ce blogue est soumis aux droits de la propriété intellectuelle. Toute reproduction des articles et des images de ce blogue doit se faire avec l'autorisation formelle de l'auteur. Pour ce qui concerne l'exploitation des liens et des articles renvoyant vers d'autres sites, prière de se référer aux sites en question.