L'écriture n'a de noblesse que si elle est au service d'un engagement éthique permanent. <------> Tout savoir sur la promotion de l'ouvrage "Initiative pour un manifeste éthique" <------> Retrouver le fil des nouveaux billets sur notre blogue: <------> Rendons au peuple haïtien sa dignité ! <-------> Lettre ouverte d'un citoyen indigné aux PetroChallengers <------> Notre cri éditorial : Urgence éthique pour sortir du cycle merdique <-----> Résurgence citoyenne : S'engager éthiquement au-delà des impostures ! <-----> Les enjeux organisationnels: Déficit informationnel, défaillance de la gouvernance. <-----> Naviguer vers des liens structurants <-----> Vous avez besoin d'une aide pour la rédaction des documents techniques de vos projets, vous voulez structurer le système d'information de votre organisation ou de votre entrreprise, n'hésitez plus : visitez le site web de Integrale Data And Stats pour voir en quoi notre expertise peut vous être utile.

Lettre aux associations patronales et organisations du secteur privé des affaires

De l'appel au dialogue à l'engagement crédible des acteurs pour un pacte éthique

PacteEthique
Chers entrepreneurs et leaders de la gouvernance d’entreprise de mon pays, 

C’est avec une joie contenue, mais remplie de scepticisme, qu’en tant que citoyen engagé, indigné par la gestion médiocre de mon pays et la permanence de l’échec du collectif auquel j’appartiens, j’accueille vos différents messages. Avec fermeté et sollicitude, vous exhortez les parties prenantes de la société à œuvrer par le dialogue pour trouver une issue heureuse et pacifique au cycle de violences entretenues principalement par la dégradation de la situation socio-économique, la flagrance de l’institutionnalisation de la corruption, la prolifération de la misère et le constat de la désespérance qui sont exacerbées par une gouvernance publique de plus en plus défaillante et irresponsable.

J’ai particulièrement noté les passages dans lesquels vous exprimez vos préoccupations et vos regrets vis-à-vis de ce que vous considérez comme une forme de diabolisation cherchant à associer le secteur privé des affaires au chaos haïtien. Cette posture est d’autant significative qu’elle témoigne de votre compréhension de l’immense médiocrité que ce serait, si des groupes d’entrepreneurs devaient contribuer par leur action à supporter la défaillance et à entretenir la misère qui nourrissent la banqueroute nationale.

Mais hélas, il n’y a pas que l’action qui conforte la misère et le chaos, le silence et l’inaction en font tout aussi bien. Et c’est de là que vient ma déception par rapport à votre message qui passe sous silence l’imminent besoin de justice et d’éthique auquel aspire le pays tout entier devant la toute puissance de la corruption et la roublardise de l’escroquerie qui semblent vouloir s’installer au pouvoir dans la durée. Quand des voix autorisées passent sous silence de telles évidences, dans un contexte, aussi orageux, elles contribuent à éroder les digues qui protègent la société des torrents impétueux. Je me permets de vous rappeler que c’est toujours dans le vide éthique que se propagent toutes les médiocrités.

Sans être une voix autorisée de la société civile ; mais, humblement et citoyennement, de par mon engagement, je tiens à rebondir sur les messages de vos différentes associations, pour rappeler deux points qui me semblent essentiels pour l’instauration du dialogue que vous prônez. Car, au-delà de l’appel au dialogue, il faut aussi et surtout crédibiliser le processus du dialogue par un gage de confiance des acteurs.

De cette exigence découle mon premier point d’observation. L'appel au dialogue ne doit pas être un simple élément de langage rébarbatif, insignifiant et vide de contenu. Pas plus qu’il ne doit être un stratagème pour une des parties de vouloir respirer en se libérant provisoirement de l’étau généré par un mécontentement populaire qu’il contribue toujours à alimenter par sa malice, son incompétence et son arrogance. En deux ans de mandat, le Président de la République, Jovenel Moïse, ses alliés déclarés et non déclarés de la société civile y ont fait appel à de nombreuses reprises. Ce fut le cas lors des évènements des 6 et 7 juillet et au cours des manifestations populaires des 17 octobre et 18 novembre 2018. Dans la même période, il y a eu des remaniements ministériels, un changement de gouvernement sollicité par les voix autorisées de vos associations, des états généraux mis en place par l’exécutif, une tentative de dialogue national initiée par le Premier Ministre Jean-Henry Céant. 

Force est cependant de constater que tout cela n’a pas contribué à pacifier le pays et à stabiliser les institutions. Au contraire, l’action concertée du pouvoir exécutif et du pouvoir législatif semble orienter le pays vers un naufrage annoncé. C’est le même résultat médiocre, le même mécontentement, la même instabilité, la même incapacité à répondre aux besoins de la population et à assumer les responsabilités pour lesquelles le Président s’était porté garant en prêtant serment. Ce sont là autant d’opportunités ratées qui témoignent de l’impuissance et de l’insignifiance de ceux qui exercent les responsabilités nationales.  

Chers entrepreneurs et leaders de la gouvernance d’entreprise, dans ce contexte, si aujourd’hui, face à ces nouvelles émeutes, vous appelez à nouveau au dialogue, il y a responsablement aussi un bilan à tirer. Car la politique ne peut pas être un éternel jeu de coquin, elle doit surtout être un outil pour appréhender le social, diagnostiquer les problèmes et apporter des solutions efficaces aux pour satisfaire les besoins. C’est de ce constat que découle mon second point d’observation. La légitimité d'un mandat présidentiel se joue à travers une vision formulée dans un projet, articulée dans un programme et portée par un contenu sur une durée déterminée. La durée est un prétexte pour des réalisations. Sans contenu, la durée s’effrite ; sans résultats, le mandat s’invalide de lui-même. C'est particulièrement médiocre et déstabilisant de se contenter du pire, par souci de tranquillité, quand on peut faire mieux, quand on doit faire mieux.

En effet, la connaissance et l’expérience nous apprennent que ce sont les médiocres qui recherchent la tranquillité. Dans un écosystème dans lequel rien ne marche. Si tant est fondé le message de Saint-Exupéry, disant que « l’homme ne se découvre que quand, il faut bousculer l’inertie pour mettre en œuvre la force motrice créatrice de valeurs. Si tant est fondé le mot d’Antoine de Saint-Exupéry rappelant que «  c’est quand  il se mesure à l’obstacle  que l’homme se réalise», on peut alors postuler que l'intelligence est essentiellement turbulente et subversive. Conséquemment, dans un pays où tout est médiocre et corrompu, où tout est précaire et fragile, devenir intelligemment subversif par un engagement pour l’action éthique est structurant. En tant que leaders de la gouvernance d'entreprise, il est de votre responsabilité et de votre crédibilité d'apporter votre caution à ce qui est structurant pour la gouvernance publique. A moins que la stabilité de la gouvernance publique ne menace vos intérêts profonds.

Chers entrepreneurs et leaders de la gouvernance d’entreprise, faut-il vous rappeler que le président de la république, qui incarne, par ses fonctions, la dignité nationale, avait demandé à tous les grands commis de l’État indexés dans le dossier de Petrocaribe de se mettre à la disposition de la justice. Et comme à l’époque, la Cour des Comptes et du Contentieux Administratif (CSCCA) ne s’était pas encore saisie du dossier, le président avait engagé l’honneur de sa fonction et la légitimité de son mandat en disant : qu’il appartient à la CSCCA de faire la lumière en dehors de toute partisannerie politique Il est évident qu’aux yeux du Président de la République, les deux rapports de la commission sénatoriale semblaient être motivés par des intérêts politiques partisans. Et voulant prouver son leadership incarnant une autre conception de l’État, imbu de ses hautes fonctions, le Président de la République, avait publié le 1er juin 2017, un message épinglé depuis sur son compte twitter officiel : « le seuil de la tolérance dans ce pays par rapport à l’intolérable est tout simplement inacceptable ».

Entre temps, le citoyen Jovenel Moïse, exerçant les fonctions de Président de la République a été formellement et officiellement indexé dans le rapport de la CSCA comme ayant pris part à la dilapidation des fonds de PetroCaribe. Cet élément informationnel vient renforcer les suspicions de corruption déjà entretenues par son inculpation par le parquet en 2016, avant même son investiture. Fort de tout ce qui précède, toute affaire cessante, le Président de la République aurait dû responsablement se mettre à la disposition de la justice en se démettant de ses fonctions. Cette démarche aurait la vertu de crédibiliser la gouvernance publique, de rendre effective la lutte contre la corruption et de « sincériser » le discours politique comme le souhaitait déjà, feu le professeur Lesly François Manigat.

Comment dialoguer alors avec un homme d’État et une équipe politique qui n’ont ni parole, ni honneur, ni dignité ; qui ne sont par ailleurs ni éthiques, ni responsables et qui ne cherchent visiblement qu’à gagner du temps, par l’usure, pour se maintenir au pouvoir pour le même résultat d’échec ?

Chers décideurs de la gouvernance d’entreprise, vous savez, davantage que le citoyen anonyme que je suis, qu’on ne dialogue qu’avec des gens d’honneur pour s’engager responsablement.  Et vous savez tout aussi bien qu’on ne s’engage que pour agir, et qu’on n’agit que pour transformer. Si l’action politique n’a de sens que par ses résultats, le dialogue politique qui doit l’opérationnaliser doit être crédible. Les règles du management de qualité qui régissent les processus d’affaires des entreprises et des organisations que vous devez certainement maitriser stipulent que la confiance et l’intégrité des parties prenantes sont des éléments déterminants pour les négociations. D’ailleurs le modèle d’affaires des entreprises est basé sur une indispensable relation de confiance entre les parties. « People buy from people they trust ». s Du reste, on ne peut pas résoudre les problèmes avec ceux qui les ont engendrés et encore moins dans le même état d’esprit.

Une administration politique qui est cycliquement déstabilisée par ses mensonges, ses errances et ses défaillances devient illégitime et constitue un risque sécuritaire pour les institutions et une menace pour l’environnement des affaires. Un environnement instable et médiocre génère de la frustration et de la désespérance qui sont des ferments de la revole, C’est sans doute ce qu’a compris notre illustre Dany Laferrière, quand il a dit, dans son texte, L’énigme du retour, « Á quoi sert d’être riche dans un pays dont les richesses sont constamment menacées par une émeute de la faim ? Un crève-la-faim, frustré et désespéré, ayant à sa disposition une allumette et quelques gouttes d’essence devient le vrai leader, le seul meneur de jeu ».

C’est donc pour contenir ce risque que ceux qui ont la certitude d’avoir réussi dans cet environnement précaire doivent se montrer intelligents et se désolidariser de tout ce qui est porteur de menaces et de risques institutionnels pour la stabilité. Soyez des leaders d’entreprise innovants et intelligents. Le temps de l’imposture et du dialogue mensonger est terminé. Le seul moyen de mettre fin à l‘instabilité est de refuser de s’associer à ceux qui génèrent les risques. Le seul moyen d’éviter d’être identifié comme sponsor de la médiocrité politique et de la misère sociale est de se désolidariser de ce qui nourrit la médiocrité et la misère.

Chers entrepreneurs et leaders de la gouvernance d’entreprise, dans certains contextes historiques, le leadership éthique est le seul crédible. Et, il consiste à avoir le courage pour dire la vérité, la responsabilité pour assumer l’échec et l’intelligence pour changer d’orientation et de repère quand il est encore temps.

Accepter qu’un homme devenu illégitime, car inculpé pour blanchiment et indexé pour corruption, continue de représenter la nation est irrémédiablement médiocre et destructeur. Cela crée un vide stratégique au sommet de l’État. Or, c’est dans le vide que s’inscrit le mal (Hannah Arendt). C’est comme remettre à un conducteur ivre un permis pour poids lourd alors qu’il vient de faire une tuerie en essayant de passer son examen pratique pour le permis. Pour prendre au mot le Président de la République, accepter la médiocrité qu’il représente désormais est « un seuil de tolérance inacceptable par rapport à l’intolérable ». Si on ne peut accorder de la valeur à la parole du Président de la République, il ne peut plus représenter la nation et encore moins la dignité nationale. Dans l’un ou l’autre des cas, le dialogue est impossible avec les branches constituées de ce pouvoir. Pour paraphraser le professeur Rodolphe Mathurin, il y a lieu de dire que le départ de Jovenel Moïse n’est peut-être pas la solution au problème structurel du pays, mais le départ du pouvoir actuel, cristallisé par l'alliance de l’exécutif et du législatif, est certainement le point de départ vers un consensus pour chercher la solution. C’est donc, en toute cohérence, à partir de ce point que le dialogue doit commencer, s'il doit être sincère pour nous engager responsablement.
Chers entrepreneurs et leaders de la gouvernance d’entreprise, je partage avec vous le sentiment qu’il est contreproductif que le nom du secteur privé soit associé à la détresse collective. Mais certaines postures, certaines pratiques et certains silences sont lourds de complicité et de médiocrité. La demande de dialogue avec l’imposture et l’escroquerie politique est aujourd’hui synonyme de médiocrité. De même, le silence devant l’illégitimité d’un homme qui, quoiqu’inculpé par la justice et suspecté de corruption par les autorités du contentieux administratif, reste investi des pouvoirs étatiques dont celui de faire fonctionner la justice, est lourd de complicités. Ne soyez plus silencieux et indifférents devant la détresse collective. C’est vous qui devez orienter par vos projecteurs la gouvernance publique vers un leadership transformationnel pour construire la stabilité politique nécessaire à une économie florissante dont vous serez le moteur par la génération de l’emploi, la création de richesse, la croissance ; mais aussi et surtout par la justice sociale.

C’est là où l’espoir agonise que vous devez portez le regard, c’est là où l’espérance s’effrite que vous devez contribuer à humaniser pour sécuriser les intérêts de la collectivité et transformer le leadership de la violence des désespérés qui n'ont rien à perdre en un leadership d'apaisement et de réappropriation de la dignité.

Voici le message que je voulais partager avec vous en écho à votre appel au dialogue. Puisse-t-il contribuer à rendre possible ce dialogue que le pays doit réussir grâce à un minimum éthique, malgré les antagonismes sociaux, les déboires économiques et les clivages politiques. L'urgence de l'appel au dialogue doit nous forcer aujourd'hui  plus que jamais a crédibiliser le dialogue  pour la mise en place d'un pacte éthique.
 
Erno Renoncourt, 12/02/2019

Voici un lien vers la version PDF du texte.


                                                                       Article précédent

A l'exception des liens qui renvoient vers d'autres sites et des textes éventuels dont les auteurs sont cités, l'intégralité du contenu, (images et textes) de ce blogue est la propriété de Integrale Data And Stats. Comme toute oeuvre intellectuelle, le contenu de ce blogue est soumis aux droits de la propriété intellectuelle. Toute reproduction des articles et des images de ce blogue doit se faire avec l'autorisation formelle de l'auteur. Pour ce qui concerne l'exploitation des liens et des articles renvoyant vers d'autres sites, prière de se référer aux sites en question.