Le Cercle chromatique de l'indigence

A l'exception des liens qui renvoient vers d'autres sites et des textes éventuels dont les auteurs sont cités, l'intégralité du contenu, (images et textes) de ce blogue est la propriété de Integrale Data And Stats. Comme toute oeuvre intellectuelle, le contenu de ce blogue est soumis aux droits de la propriété intellectuelle. Toute reproduction des articles et des images de ce blogue doit se faire avec l'autorisation formelle de l'auteur. Pour ce qui concerne l'exploitation des liens et des articles renvoyant vers d'autres sites, prière de se référer aux sites en question.



Mieux connaitre la nuance dominante de sa médiocrité

Le cercle chromatique de l'indigence

C'est bien connu, nul n'est parfait. Chacun porte ses contradictions et possède son côté obscur. Un petit côté indigent qui revient sans prévenir. Une petite malice qui se réveille hasardeusement, maladroitement, opportunément ou allègrement. Maintenue cachée, cette médiocrité subtile peut prendre, avec le temps, des couleurs vives et dériver vers la rose délinquante; elle peut même surprendre notre capacité d'auto-défense et s'installer comme nuance dominante de notre thème citoyen. De quoi pâlir à tout jamais notre intelligence, et nous ravir notre part d'humanité. 

L'indigence étant, dans sa nature perverse, délinquante, elle sait aussi se faire subtile. Aussi, elle se présente souvent sous des couleurs neutre, pastel et parfois assez vives. Si l'on n'y prend garde, on finira par ne voir que la rose et oublier que la délinquance est profondément tatouée dans la banalité qui se dissimule derrière ses attraits séducteurs. Alors, par négligence, par imprudence ou par préférence, on s'y habitue. C'est ainsi que certains lui donnent des circonstances atténuantes, d'autres vomnt jsuqu'à la confondre avec une certaine transgression des moeurs; transgression tolérable, au nom de la liberté d'encanaillement. Et comme cette transgression apporte son lot de succès, on finit par s'y faire, s'y complaire en ye prenant même plaisir : la richesse et le pouvoir sont dans l'indigence, faisons la fête ! 

Quand l'indigence fait la fête, la charge résiliente de médiocrité qu'elle libère atteint son seuil d'élasticité. Dans cet état intermédiaire, entre vulgarité et animalité, la mémoire se vide et se reprogramme à partir d'un codage unaire (en base 1) qui précarise tout. Tout est lié à l'argent et rien aue l'argent ! Un véritable étouffoir pour la conscience qui, embuée et engluée, dans ce labyrinthe pousse les plus vils à revendiquer, à 200% près, un statut grégaire et non pensant de Merde Ambulante Limbique ! Un vrai MAL, que dis-je ! une KK-strophe, pour la société, puisqu'au demeurant, l'adaptation et l'impuissance collective qui règnent, en Haïti, finissent par donner aux papes et adeptes de l'indigence le sentiment que leur trajectoire est continûment inarrêtable.

Alors, mieux vaut savoir dépister à temps sa compatibilité avec l'indigence, histoire de mieux s'en prémunir pour pouvoir mieux s'en désolidariser. Seule manière pour trouver le rythme, et faire le pas vers l'auto-transformation avant la paleur rosâtre qui corrompt irrémédiablement la pensée. Autant donc savoir à quelle nuance de médiocrité on appartient, pour mieux dimensionner l'effort à faire afin de se régénérer dignement.

Voici une tribune qui présente un outil capable de permettre à chacun de mesurer et de connaitre la couleur dominante de son indigence : je vous présente dans mon prochain article l'outil analytique de la médiocrité : Le Ph-Indigence !

Bonne lecture !

Le Ph-Indigence